25/10/2007

Le temps de le dire...

 

    

"Il est déjà c't'heure là !". Je l'entends souvent dire

Et je le dis aussi, chaque fois sidéré

Par la plongée du  temps  qui me fait rebondir

De matins en midis et de jours en soirées.

 

"Depuis quand est-il mort ?"... "En êtes-vous bien sûr ?"...

"C'est comme si c'était hier"..."Je vous l'assure,

Un an !" ou deux ou dix. "Non!". On n'en revient pas...

Et, forcément, le mort non plus, de son trépas.

 

Et les enfants, beaucoup trop tôt devenus grands !

Incrédule constat, comme si le bébé

Du jour au lendemain s'était laissé tomber

Des bras de sa maman dans ceux de son amant.

 

Mais à contrario, n'a-t-on pas dit parfois :

"Vivement demain" ou "plus que deux fois dormir",

Et "Quand je serai grand..."? Long et court à la fois

Suivant l'âge ou l'humeur, passé ou à venir,

 

Le temps se joue de nous, lui qui n'est pas pressé

Et qui ne comprend pas ce qui nous a poussé

A mesurer son cours, à lui donner un âge

Et n'en plus faire ainsi qu'un sinistre voyage.

 

Guibert BODART, 25.10.2007.

 

10:56 Écrit par Guibert dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le temps |  Facebook |

24/10/2007

Citation de Victor Hugo.

 

     "... il y a beaucoup de bouches qui parlent et fort peu de têtes qui pensent."

     Victor Hugo - "Les Misérables" - Collection de l'Arbre-Lyre - Edition hors commerce réservée aux membres de la Guilde du Livre - Imprimé en Suisse - Page 12, ligne 13.

     Pour ne pas trahir l'auteur, je resitue cette citation dans son contexte. Au livre premier, intitulé UN JUSTE, chapitre I : M. Myriel, il décrit ce "grand homme".

     Nommé évêque à Digne, il "devait subir le sort de tout nouveau venu dans une petite ville où il y a beaucoup de bouches qui parlent et fort peu de têtes qui pensent"

        "Après neuf ans d'épiscopat et de résidence à Digne, tous ces racontages, sujets de conversation", dus au fait que "peu de familles avaient connu sa famille avant la révolution" et aussi "parce qu'il était évêque", "étaient tombés dans un oubli profond."

       Mais n'est-on pas tenté de trouver à la citation mise en exergue une application plus générale dans notre actualité moderne ?

11:53 Écrit par Guibert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : victor hugo |  Facebook |