02/09/2007

Blue-jean.

 

 

    

BLUE-JEAN.

 

A la patère, un pantalon pend, loqueteux,

Souillé, frippé, empoussiéré de chaud été.

La poche baille et un mouchoir, langue de feu,

Se tire, impertinent, de la bouche édentée.

 

Sur la toile indigo, courant le long des jambes,

Le double fil cousu de coton rouge, enjambe

Un repli éclairé, comme une voie ferrée

Suspendue au-dessus de lacs et de vallées.

 

L’œil malicieux et vif d’un bouton de métal

Me fascine et me porte à rêver :  mer étale…

Un bateau blanc… Cheveux coulant entre mes mains…

Sables dorés…Soleil… Baisers d’amour sans fin…

 

Mais la lampe s’éteint et je peux bien scruter            

Le mur sous le crochet, le rêve est occulté…

Demain, il reprendra le rôle de me vêtir,

Mes pas le traîneront comme on traîne un désir.

 

Guibert BODART, poème de jeunesse (1950-1960).

   

     Mes premiers blue-jeans furent achetés dans les années 50 au marché de Saint-Ghislain qui se tenait le mercredi et où, pour cette occasion, j’avais accompagné ma mère.

     C’était une révolution vestimentaire, seuls les adolescents les portaient. Pour nous qui n’avions eut que des culottes courtes jusqu’à la communion solennelle, puis, en ce qui me concerne, le pantalon de golf qui faisait la transition entre le court et le long, c’était une sorte d’émancipation. Désormais, nous avions notre apparence propre, hors de la tradition de nos pères.

     A part quelques variantes d’aspect, cet étendard jambique a bien traversé les modes depuis un demi-siècle.

     Il méritait bien un poème.

 

Guibert BODART, septembre 2007. 

 

23:05 Écrit par Guibert dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

quel talent! car enfin, un jean! je vais tenter de mettre ma jupe préférée devant moi et faire un exercice dessus. çà m'épate!
bien amicalement. Cet site me plait, je reviendrai.

Écrit par : mimi | 17/09/2007

Sauf que maintenant les "rebelles" de ces ânnées-là et même les 68tards sont devenus vieux et surtout c... Ils nous ont créé une société de fric complètement aseptisée, où tout est calibré, normé, formaté. Il n'y en a plus que pour le "management" dont les techniques de manipulation mentale font regretter les contremaîtres des usines d'antan. Et le niveau culturel des "managers" gavés de communication et de marketing à 2 balles est inférieur à celui du certificat d'étude.

Le blue-jean, c'est devenu de l'ultra-conformisme. Il est désormais porté par les vieux schnosocks donneurs de leçons.

J'ai essayé le retour aux bermudas mais le proviseur - issu de ces années-là - m'a fait des réflexions "c'est pas les vacances". Par contre comme là c'est les vacances (d'hiver !), je ne me gêne pas. Finalement ce n'était pas plus con qu'autre chose les culottes courtes. Même pas froid et on se sent libre.

Écrit par : Corentin | 06/02/2010

Tu es sévère... ...Il nous fallait du courage pour braver l'Autorité (école et parents qui marchaient ensemble). Je te parle des années 50. Aujourd'hui, tu reçois juste une réflexion de ton proviseur (Il a osé ?). Je suppose que quand tes parents seront venus le remettre à sa place, il te fera des excuses.

( ; / ))



Guibert.

Écrit par : Guibert | 07/02/2010

Je suis sévère avec ce qu'ils sont devenus. Bonjour,

Sachez d'abord que mes parents ne viennent pas voir le proviseur pour le "remettre à sa place". Je suis calme et mes résultats sont corrects !

Au mois de mai-juin, il ne dit rien pour les bermudas mais là je l'ai fait en janvier, ce qui suppose de braver les conventions. Oui, e trouve que ce n'était pas si mal les culottes courtes, mais c'est totalement oublié...

Pour ce qui est des jeunes des années 50-60, ils ont certainement bravé l'autoritarisme mais aujourd'hui ils sont au pouvoir.

Ils ont tout eu : plein emploi, stabilité, maisons pas chères... et nous, nous n'avons que de la merde : précarité, chômage, déculturation, harcèlement au travail, smicardisation.

Alors ce n'était pas la peine. S'ils se voyaient aujourd'hui, ils se cracheraient dessus !

Écrit par : Corentin | 08/02/2010

Ceux qui avaient... ...20 ans en 1960, c'est mon cas, ont vécu successivement :

- les années de guerre de 40 à 45. On ne peut les accuser d'être les responsables de cette sanglante connerie.

- les années 50 à 60 durant lesquelles la Wallonie a connu le cataclysme économique provoqué par la fermeture des charbonnages avec tous les dégâts collatéraux subis par les industries annexes. C'était autre chose que la fermeture d'Opel à Anvers aujourd'hui. On ne peut pas non plus en imputer la responsabilité aux natifs de 1940.

- les années 60 à 80 avec au départ une année gaspillée pour un service militaire obligatoire. Certains ont parlé des golden sixties, au Borinage, où je vivais, ce n'était pas vraiment le cas. C'était la débrouille pour trouver du boulot ailleurs et notamment à Bruxelles avec navette journalière car les loyers y étaient trop chers.

J'arrête là cette litanie. J'ai mis un peu de beurre dans mes épinards par la suite à force de formation continuée.

Je n'ai jamais participé au pouvoir et n'ai pu que bosser pour essayer d'assumer au mieux l'avenir de mes enfants (ce sont ceux qui ont la quarantaine maintenant).

A la retraite depuis 2002, je me disais qu'enfin j'allais pouvoir connaître des années paisibles.
Et me voilà montré du doigt par les 20 ans d'aujourd'hui comme responsable de la situation actuelle.

Voilà pourquoi je te trouve sévère à l'égard de ceux de ma génération.

Écrit par : Guibert | 08/02/2010

Je pensais surtout aux "intellectuels" français ! Je pensais surtout aux faux-intellos français !

Veuillez donc m'excuser pour avoir écorné un wallon... Je n'avais pas fait attention à votre extension skynetblogs.be

Maintenant, les BHL, les Kouchner, les Glücksmann... je les vomis !

Écrit par : Corentin | 08/02/2010

Ce fut un plaisir... ...d'échanger des idées dans le respect mutuel (ce n'est pas toujours le cas sur internet).

Guibert.

Écrit par : Guibert | 08/02/2010

Vous devriez faire partie d'un concours les plus utiles blogs sur le net . Je vais recommande fortement ce site !

Écrit par : Thurman | 10/07/2013

Les commentaires sont fermés.