17/02/2012

Lès pîres dë Gob'tindje par Jacques Desmet

 

 

 

Légende de la pierre blanche de Gobertange.
Lès pîres dë Gob'tindje.

I-gn-a d' ça dès-ans èt dès razans, lë bièrdji dè l' comëne, c'èstot one saqui ! C'è-st-à lë qu' tot l' vëladje donéve sès bèdots po qu'ës vôyenèche së r'pache à campagne : së lès têres dès pôves, së lès têres qu'on lai courë à rôyes po lès rècrauchis, dins lès chavéyes po r'nèti lès bouchons, së lès stindéyes qu'avîn' rëpauteler après l'awous', jësqu'à dins lès bwès qu'èstîn' rëchëré dë ç' qu'ë-n-avot à mougni. Tos lès djous, à l' pëquète, on l'ètindéve cwârner po ramonç'ler avou s' tchén lès gadlots autou dë s' baston.
Nosse bièrdji, c'èstot-on vrai sauvadje, ë n' causéve waîre. Tot seû, tote lë djournéye avou dès bèdots, ça vos fwârdjîye on caractêre dë sot, come on baston d' chëte, qu'on n' sét pës pa wou l' prinde. On d'djéve minme qu'ël èstot one miète sôrci së lès bôrds. Ël èstot mau rëv'nant, à n' s'è ni fé one ëdéye, avou tot ç' quë r'chonéve dë d' près come dë d' lon à one djins. D'astchaiyance, ça alève li coster one fameûse fêrdin.nes !..
On-èstot ni lon èri dè l' fén dè l' mwès d' djëlèt'. Lès pîces èstîn' dëdjà vûdîyes dë leûs dinréyes. Ë fiéve tchôd à cûre sëcaugnes èt cayaus. Jésus èt Sint Pîre qui vèyenèt tant volti nosse pëtët vëladje, s'avîn' dët :
« Téns, nos-îrîn' bén jësqu'à Gob'tindje, po l' fièsse di nosse Sinte Mari-Mad'lin.ne. »
Ë rotîn' tos lès deûs, sankènaîwes. Sint Pîre bëkéve së tos lès cayaus, dè l' pouchêre aclapéye à sès lèpes :
« One vôye come on n'è vwèt pës, min.me dins vosse payës, Sègneûr ! »
Së Jésus n'arot ni yë sti là, djë wadje quë lès « fèrdome ! » èt lès « nom dë diâle ! » arîn' potchi à l' acheléye fou dè l' bouche dë nosse sint.
Naujë d'ètinde l'ôte braîre èt s' dësbautchi, Jésus l'a rèvôyi au paradës : bén bënauje, Sint Pîre, quë n'avot rén à chëfler dè l' fièsse à Gob'tindje.
Èt volà Jésus mièrseû së l' chavéye. Ël èst naujë, ë n' sint pës sès djambes, ël a fwin èt pad'zeû tot, ël à one bouche come on craya !
Come ë djont l' campagne inte Djê èt Gob'tindje, ë tchait bëk à bëk avou on vî-y-ome quë rawaîte à sès bèdots : c'èstot l' bièrdji dè l' comëne.
Cor-on brëbeû, mouwe-t-ë l'ôte dins sès dints. Seûr cor onk qui tape l'ovradje à rén, èt quë s' pormwin.ne d'one tchapèle à l'ôte àprès one crosse dë pwin, qu'a dè l' mwate tchau dëzo sès brès.
Jésus vént adlé lë, li dët bondjou èt stinde së bëdon :
« Vos n'arîz ni one miète d'aîwe por onk quë fait l' vôye dë Sinte Mari-Madelin.ne ? »
Sins minme rëlèver sès-ouy së l' cë quë li cause, le bièrdji li ratche on mokion quausë së l' pwinte dë sès chabots èt :
« Të n'as qu'a d'mèrer à t' maujone, nâwe, pourë tchén qu' t'ès ! Më-yaîwe, c'èst por më èt po mès bèdots. Passe të vôye ! »
« Djë dirè on pâtêr por vos à Sinte Mari-Mad'lin;ne ! »
« Bof... Ça sèrot co l' Sint Tibaut, l' Sint Mèdaud, l' Sint Pëchaud ou l' Sint Tchiyaud, èt co tos l's-otes, por më c'èst broque dë viole, tortos dès diâles tot ratchis. Pète èvôye rademint, ou bén të vas oyë à fé à m' bordon ! »
Tranquële come Batësse, Jésus n' rèspond rén. Bén seûr quë l' vëcairîye dwèt yèsse dêre dins lès cmpagnes, mins tot s'qu'adon, sondje-t-ë, on n' li a jamais sèré l'ëch, ni li r'fëser one gote d'aiwe. Comint è-st-ë possëbe d'ètassi ostant d'èguignes dins s' capotëne.
Tot dous, Jésus s'achis astok à l' mau èlèvé. Assotë dè veûy l'ome ossë paujêre, lë bièrdji s'astampe, rodje come on coq. Ça n'èst pës d'vëser qu'ë fait, c'èst bwârler. Sès-ouy li bolenèt fou dë s' tièsse, à s' fé pës laid qu'ë n'èst :
« Mins pa tos lès diâles, va-s' më laiyi tranquële, passe të vôye man.nèt bok, t't à l'eûre djë m' va fé on maleûr ! »
Jésus s' rastampe, rote one dîjin.ne dë mètes èri, s'astaudje, së r'toûne, tot paujêre po rawaiti l' bièrdji pèneûs'mint. L'ôte, qui n' ratindéve qu'on capougnadje po passer sès niêrs, monte à s'mince, on sope au lacia ! Ë s'abache, ramasse on gros cayau èt l' lanci après l' tièsse dè l' chëminaud. Ç'tëcë crîye dë mau come on pièrdë...
Tot d'vént nwêr sër on nëk dë fëste. C'èst l' tonwêre quë rèspond, quë s'ènonde jësqu'à Gob'tindje. C'èst l'alëmwêre quë sclate dëssës l' vëladje. Èt après... pës rén..., come s'ël arot yë on mwârt së tote lë stindéye.
Pëpont d' bièrdji, pëpont d' bèdots, pës rén qu' dès blankès pîres, grëmîyes avou lès têres ; lès rès' dè l' bièrdji èt d' sès bèdots.
C'èst dë ç' djou-là, qu' lès Gob'tindjis on d'vë tâyi leûs pîres, pace qu'i-gn-a onk di d' zèls quë n'a ni volë paurtadji s't-aîwe !

N.B. Sinte Mari-Madelin.ne : së fièsse lë 22 d' djëlèt'.
Lë fièsse dë Gob'tindje : lë trwèsyinme dimègne dë djëlèt'.
Po n' pës yèsse dins l'inbaras avou leû-z-aiwe, lès tayeûs d' pîre në bèvenèt pës qu' dè l' blanke gote !

Écrit par : jacques Desmet | 17.02.2012

17:54 Écrit par Guibert dans Littérature wallonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2010

Paysage, pays sage

 

Un paysage,

 ouvert sur la courbure du ciel tout au bout de la vue ;

fermé de collines boisées où le lointain doit se rêver ;

empli de la musique des oiseaux et des eaux turbulentes ;

engoncé dans la brume et le silence ;

de forêt profonde, de sable brûlant, de pierre, de glace, de feu.

 

Création de la nature,

il fait les gens comme ils sont.

 

Un pays sage,

lieu de vie de ceux qui s'identifient à lui ;

 qui se revendiquent de lui avec fierté, sans soulever ni haine ni ridicule ;

qui  se reconnaissent entre eux au-delà des différences ;

qui s'y sentent chez eux sans fermer la porte ;

qui y reviennent avec plaisir, encore émerveillés d'avoir parcouru le monde ;

 

Création des humains,

Il est fugace comme un caprice. 

 

Guibert, janvier 2010.

22:32 Écrit par Guibert dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

09/06/2009

Porte-à-porte

 

Le chasseur d'illusions s’en va de porte en porte
En collant son oeil rond à toutes les serrures
Afin que dans son lit, le soir, il en rapporte
Un rêve à son sommeil au parfum d'aventures.

Guibert, juin 2009.

21:34 Écrit par Guibert dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |